Vers un meilleur indicateur de la détresse financière

Statistique Canada privilégie un nouveau ratio.

On devrait comparer l’endettement avec l’actif des ménages plutôt qu’avec leur revenu, pour mesurer la réalité de la détresse financière des Canadiens, montre une étude de Statistique Canada relayée par Investment Executive.

Bien que couramment utilisé, le ratio endettement/revenu ne donne pas une image su samment claire de la détresse nancière des ménages, a rme une étude de Statistique Canada portant sur des données de l’année 2016.

L’agence nationale a même trouvé un indicateur bien plus parlant : le ratio endettement/actif. Ainsi, 16 % des ménages dont le ratio est supérieur à 0,5 ont déjà été incapables récemment d’e ectuer un paiement d’emprunt non hypothécaire. Ces ménages, dont l’endettement est supérieur à la moitié de la valeur de leurs actifs, n’ont pas pu payer un solde de carte de crédit, une facture ou tout autre paiement, au cours de l’année écoulée.

Par contre, les ménages dont le ratio endettement/actif est inférieur à 0,25 n’ont été que 7 % à manquer un tel paiement. C’est deux fois moins que les ménages dont le ratio est supérieur à 0,5.

RATIO AUSSI VALABLE POUR L’HYPOTHÈQUE

De plus, les ménages pour qui ce ratio gure parmi les plus élevés sont aussi ceux qui ont le plus de probabilités de rater un paiement hypothécaire. Ils sont 3,5 fois plus nombreux à avoir manqué un remboursement quand le ratio endettement/actif est supérieur à 0,5 que ceux dont le ratio est inférieur à 0,25.

Source: conseiller.ca