L’avenir financier inquiète, mais reste tabou

La pandémie conduit les Canadiens à s’inquiéter davantage pour leurs finances, ce qui ne les pousse pourtant pas à en parler.

Près de la moitié des Canadiens (46 %) observent des conséquences négatives de la pandémie sur leurs finances personnelles, relève un sondage de la banque TD.

Cet impact de la pandémie pousse un Québécois sur quatre (26 %) à avoir des craintes pour son avenir financier, rapporte un autre sondage de l’Institut québécois de la planification financière (IQPF).

Ces craintes pourraient amener les Québécois à réviser leurs plans financiers pour le futur. Or, les deux tiers d’entre eux (66 %) estiment ne pas disposer de toutes les connaissances nécessaires pour planifier adéquatement leur avenir financier.

Il est donc logique que 57 % d’entre eux considèrent avoir besoin d’aide pour ce faire. Mais pour obtenir de l’aide, encore faudrait-il qu’ils évoquent leurs inquiétudes financières…

Or, ce n’est pas le cas, puisque 34 % des Canadiens sont réticents à parler de leurs finances, pointe le sondage de la banque TD.

C’est que les Canadiens croient qu’il n’est pas poli de parler d’argent (37 %), ou qu’ils craindraient d’être jugés (18 %), ou encore que cela laisserait croire qu’ils se vantent (13 %).

La suite ici: https://www.avantages.ca/actualites/nouvelles/lavenir-financier-inquiete-mais-reste-tabou/