Extrait du site du Gouvernement Canadien sur le mieux-être financier.

Soutenir le bien-être financier de vos employés De nombreux employeurs comprennent déjà les avantages d’offrir à leurs employés des régimes de retraite et d’épargne-retraite, des programmes de mieux-être et des avantages en matière de santé, entre autres. Récemment, la santé mentale est aussi devenue une priorité importante en milieu de travail. Un programme de mieux-être financier est le prolongement naturel de ces avantages sociaux et vient compléter d’autres programmes destinés aux employés. De plus en plus d’employeurs comprennent l’importance de s’attaquer au stress financier. Selon les recherches, près des trois quarts des employeurs (73 %) estiment avoir la responsabilité d’aider leurs employés au chapitre de leur bien-être financier.Note de bas de page12  Les employés se tournent également vers leur employeur pour obtenir de l’aide. Des recherches canadiennes démontrent : • 70 % des employés estiment que leur employeur devrait favoriser leur bien-être financier;Note de bas de page13  • 84 % des employés aimeraient participer à des programmes d’éducation financière en milieu de travail.Note de bas de page14 •  En mettant en œuvre des initiatives de mieux-être financier dans votre milieu de travail, vous pouvez outiller vos […]

Le manque de littératie financière demeure criant

Les deux tiers des répondants au sondage annuel de l’IQPF estiment ne pas disposer de toutes les connaissances nécessaires pour planifier adéquatement leur avenir financier. Mené en prévision de la Semaine de la planification financière qui a eu lieu du 15 au 21 novembre, le sondage indique que 66 % des répondants estiment ne pas disposer de toutes les connaissances nécessaires pour planifier adéquatement leur avenir financier, alors que 57 % considèrent avoir besoin d’aide pour le faire. Plus spécifiquement, 9 % des répondants affirment avoir besoin de plus de conseils d’un professionnel pour planifier leur avenir financier depuis l’arrivée de la COVID-19. C’est surtout le cas chez les jeunes de 18 à 24 ans (25 %) et ceux qui disposent d’un revenu familial de moins de 15 000 $ (25 %). En fait, 26 % des Québécois affirment que la pandémie de la COVID-19 les amène à avoir des craintes concernant leur avenir financier. Ainsi, en raison de la pandémie, 37 % des répondants ont affirmé avoir modifié leur comportement quant à la gestion quotidienne de leurs finances personnelles. Les 18 à 24 ans (59 %) sont parmi les plus […]

L’avenir financier inquiète, mais reste tabou

La pandémie conduit les Canadiens à s’inquiéter davantage pour leurs finances, ce qui ne les pousse pourtant pas à en parler. Près de la moitié des Canadiens (46 %) observent des conséquences négatives de la pandémie sur leurs finances personnelles, relève un sondage de la banque TD. Cet impact de la pandémie pousse un Québécois sur quatre (26 %) à avoir des craintes pour son avenir financier, rapporte un autre sondage de l’Institut québécois de la planification financière (IQPF). Ces craintes pourraient amener les Québécois à réviser leurs plans financiers pour le futur. Or, les deux tiers d’entre eux (66 %) estiment ne pas disposer de toutes les connaissances nécessaires pour planifier adéquatement leur avenir financier. Il est donc logique que 57 % d’entre eux considèrent avoir besoin d’aide pour ce faire. Mais pour obtenir de l’aide, encore faudrait-il qu’ils évoquent leurs inquiétudes financières… Or, ce n’est pas le cas, puisque 34 % des Canadiens sont réticents à parler de leurs finances, pointe le sondage de la banque TD. C’est que les Canadiens croient qu’il n’est pas poli de parler […]

La pandémie bouleverse les plans de retraite

La pandémie a déjà une incidence concrète sur les plans de retraite des Canadiens. Près du quart des Canadiens (23 %) n’ont pas été en mesure de contribuer à leur capital de retraite depuis le début de la pandémie, révèle un sondage réalisé par la banque CIBC. Et ce sont quatre Canadiens sur dix (40 %) qui se disent inquiets des répercussions de la pandémie sur leurs plans d’épargne de retraite. La pandémie n’a pas seulement réduit les perspectives de revenu à la retraite, en freinant les contributions. Elle a considérablement augmenté le coût de la retraite, affirment 26 % des Canadiens. Et c’est même la vision de la vie à la retraite qui est changée par la pandémie de la COVID-19. Ainsi, 32 % des personnes interrogées disent ne plus avoir l’intention de voyager ou voyageront beaucoup moins que prévu. La suite ici: https://www.avantages.ca/retraite/accumulation-de-capital/la-pandemie-bouleverse-les-plans-de-retraite/

Un Québécois sur deux frôle la faillite chaque mois

L’insolvabilité gagne du terrain. Le pourcentage de Québécois rendus à 200 $ ou moins de l’insolvabilité a bondi au cours des trois derniers mois. Les répercussions de la pandémie sur la solvabilité des Québécois a pris de l’ampleur cet été. La moitié (51 %) des Québécois sont à 200 $ ou moins de l’insolvabilité à la fin du mois, indique le dernier indice de l’endettement des consommateursde la firme MNP. Il s’agit d’un bond de dix points comparativement au pourcentage constaté au mois de juin par le même indice, précise MNP. C’est aussi la plus forte augmentation sur cette période parmi toutes les provinces canadiennes. Le quart (26 %) des Québécois se disent désormais insolvables. Ils affirment ne plus pouvoir payer leurs factures et rembourser leurs dettes chaque mois. Ce score est en hausse de huit points comparativement au constat réalisé en juin. La suite ici: https://www.conseiller.ca/nouvelles/economie/un-quebecois-sur-deux-frole-la-faillite-chaque-mois/

Les dollars ne se valent pas tous

Un montant détenu dans un CELI vaut bien davantage que le même montant détenu dans un REER. Les possibilités offertes par la franchise d’impôt est un outil puissant de création de la richesse, relève le Financial Post.  Or, les particuliers ont accès à la franchise d’impôt grâce au CELI. Les rendements de leurs versements y sont à l’abri de tout impôt. UN MILLION À 63 ANS Cela explique qu’un dollar détenu dans un CELI constitue une richesse du même montant pour son détenteur. Mais le même dollar détenu dans un REER appartient en fait partiellement au gouvernement puisque dernier impose tout retrait futur du REER. Les Canadiens auraient donc avantage à cotiser au plus tôt à leur CELI, poursuit le Financial Post. En effet, cela permet de profiter au mieux des rendements accumulés tout au long d’une vie… à l’abri de l’impôt. Un Canadien qui commencerait à verser 6 000 $ par année à l’âge de 18 ans, et qui profiterait d’un rendement annuel moyen de 5 %, se retrouverait à la tête d’un million de dollars à l’âge de 63 ans. Avec les mêmes […]

Les ménages souhaitent épargner davantage

Mais ils ont bien du mal à y parvenir, révèle ce sondage. Les répercussions financières de la pandémie de COVID-19 se font sentir chez de nombreux ménages au pays. Plusieurs d’entre eux ont donc fait de l’épargne et du paiement des dettes leurs objectifs prioritaires, selon un rapport publié lundi par la Banque CIBC. Le ralentissement de l’économie dû au coronavirus en incite plusieurs à se préoccuper encore davantage de leur avenir qu’auparavant, souligne l’institution financière. Ainsi, 79 % des répondants à un sondage sur les priorités en matière de finances personnelles réalisé en juin se disent « préoccupés » par une récession persistante l’an prochain, comparativement à 55 % qui redoutaient un ralentissement économique en décembre dernier. Les préoccupations économiques peuvent expliquer que nombre de ménages aient commencé à modifier leurs habitudes financières. Près des deux tiers des sondés (63 %) affirment avoir réduit « considérablement » leurs dépenses discrétionnaires, tandis que plus de la moitié d’entre eux (55 %) admettent qu’ils devraient mieux gérer leurs finances au cours de l’année. LA PANDÉMIE COULE LES FINANCES Près de la moitié des Canadiens (46 %) croient que les répercussions économiques de la […]

Conciliation travail-famille recherchée

De quels accommodements rêvent les employés? Les besoins en matière de conciliation travail-famille seront criants au cours des prochains mois, et les employeurs devront agir pour éviter l’exode de leurs employés, selon un sondage Léger réalisé pour le Réseau pour un Québec Famille. Les quelque 3 006 travailleurs québécois parent ou proches aidants sondés à la mi-mai indiquent dans une proportion de 39 % qu’ils auront besoin d’accommodements plus fréquents de la part de leur employeur comparativement à la situation qui prévalait avant la crise de la COVID-19. Les employeurs ne doivent d’ailleurs pas prendre les demandes de leurs employés à la légère : 53 % d’entre eux se disent prêts à changer d’emploi si une entreprise leur offre un meilleur équilibre travail-vie personnelle. Pas moins de 87 % des travailleurs sondés disent que l’ouverture de leur employeur en la matière a un impact important sur leur satisfaction au travail, 85 % sur leur motivation, 83 % sur leur perception générale de leur employeur et 80 % sur leur propension à rester plus longtemps à son emploi. « Afin de participer activement […]